Rabat
top of page

PARTENARIAT STRATÉGIQUE MAROC-BELGIQUE


Lundi 15 avril 2024, dans un déclaration commune, le Maroc et la Belgique se sont félicités de la dynamique de leurs relations bilatérales, réaffirmant leur volonté partagée de les approfondir davantage en vue d'établir un partenariat stratégique tourné vers l'avenir, à la hauteur des attentes et du potentiel qui existent entre les deux pays pour répondre aux défis actuels et futurs.


Par la même occasion, la Belgique a salué les réformes menées par le Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, durant ces vingt-cinq dernières années, pour une société et une économie marocaines plus ouvertes et dynamique soulignant l’importance du Nouveau Modèle de développement, de la Régionalisation avancée et des nombreuses réformes ambitieuses, telle que celle en cours du Code de la famille (Moudawana).


Dans le cadre de son engagement prioritaire pour la région, la Belgique a salué aussi l'Initiative Atlantique lancée par Sa Majesté le Roi comme "contribution novatrice à l’intégration de l’Atlantique africaine et au renforcement de la coopération avec les pays du Sahel", précise la Déclaration conjointe, ajoutant que "l’Atlantique est un point de liaison entre le Nord et le Sud, l’Afrique et l’Europe et entre la Méditerranée et l’Atlantique".


Les deux parties ont également exprimé leur volonté de renforcer le commerce et les investissements, de coopérer en matière de climat, de transition énergétique par le développement des énergies renouvelables et des molécules vertes, ainsi qu’en matière de gestion de l’eau, des infrastructures et du transport.


M. Akhannouch et De Croo ont souligné leur volonté de développer davantage le partenariat économique, en encourageant notamment les entreprises belges et marocaines à explorer les opportunités offertes de part et d’autre en matière d'investissement, notamment à travers la nouvelle "Charte marocaine de l'investissement", l'Offre Maroc concernant l'hydrogène vert et des projets structurants prévus en perspective de l'organisation de la Coupe du Monde 2030 ainsi que les opportunités offertes par la Belgique notamment comme partenaire en matière de transition énergétique, d’économie circulaire et dans d’autres domaines d’intérêt commun.


Akhannouch et De Croo se sont, par ailleurs, félicités des avancées enregistrées dans le cadre de la coopération judiciaire, à travers l’échange permanent d’expertises, des visites officielles et de commissions mixtes, saluant les conclusions de la dernière Commission Mixte en matière civile et pénale, tenue en décembre 2023, notamment la mise en œuvre concrète de la Convention entre le Royaume de Belgique et le Royaume du Maroc sur l'assistance aux personnes détenues et le transfèrement des personnes condamnées, et son Protocole additionnel.


Les deux Chefs de gouvernement ont souligné l’intérêt commun des deux pays à poursuivre et à renforcer l’étroite coopération bilatérale pour lutter contre les menaces à la sécurité nationale et internationale. En matière de coopération sécuritaire, elles ont affirmé leur volonté de la développer davantage, notamment à travers la mise en place d’une structure de coopération régulière. Aussi, elles se sont félicitées de la mise en œuvre de la Convention de coopération en matière de lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme, entrée en vigueur en 2022 et du plan d’action 2022-2024 dans le domaine de la coopération policière.


Concernant la question du Sahara marocain, la Belgique considère l’initiative marocaine d’autonomie, présentée en 2007, comme "un effort sérieux et crédible du Maroc et comme une bonne base pour une solution acceptée par les parties". M. De Croo a réitéré dans ce cadre "le soutien de longue date de la Belgique au processus mené par les Nations Unies pour une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable pour les parties".A cette occasion, les deux parties conviennent de "l’exclusivité de l’ONU dans le processus politique et réaffirment leur soutien à la résolution 2703 (2023) du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a noté le rôle et la responsabilité des parties dans la recherche d’une solution politique réaliste, pragmatique, durable et fondée sur le compromis"


S’agissant de la situation au Moyen-Orient, le Maroc et la Belgique, condamnant tous deux les attaques contre les civils, se déclarent fortement préoccupés par la situation à Gaza et appellent à un cessez le feu immédiat, global et durable à Gaza. Les deux pays demandent à se conformer à la résolution du Conseil de Sécurité 2728 du 25 mars 2024, tout en permettant l’accès par tous les points de passage aux aides humanitaires, sans entrave, et dans toute la bande de Gaza. A cet égard, le Maroc et la Belgique rejettent toute tentative de déplacement forcé des populations civiles. Les deux parties affirment aussi que la solution à deux Etats, Israël et Palestine, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, est le seul moyen de parvenir à une paix durable et équitable au Moyen-Orient.


Le Maroc et la Belgique ont, en outre, réaffirmé la centralité du partenariat historique et privilégié entre le Royaume du Maroc et l'Union Européenne et ont convenu d'agir pour préserver la stabilité et la continuité du partenariat stratégique entre le Maroc et l'UE. Ils ont ainsi réitéré leur engagement à contribuer au renforcement de ce partenariat à tous les niveaux, tout en continuant à travailler ensemble au sein des foras méditerranéens pour favoriser le développement durable, la paix, la sécurité et la stabilité dans cette région, notamment à travers l'Union pour la Méditerranée. Concernant les questions régionales, les deux Chefs de gouvernements ont souligné les rôles constructif et positif du Maroc et de la Belgique dans le maintien de la paix et de la stabilité dans leurs régions respectives.


Dans le contexte de leur présence conjointe au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, les deux pays ont réaffirmé leur volonté de poursuivre leurs efforts en matière de promotion et de défense des droits humains, de renforcer leur concertation sur les questions liées à la défense des droits humains et d’examiner la possibilité d’organiser conjointement des événements au sein des enceintes multilatérales appropriées.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page