Rabat
top of page

COMPRENDRE LE CONCEPT DU "MAKHZEN"


Le concept de makhzen est dérivé du verbe « khazana » (cacher ou préserver) que l’on retrouve dans l’expression française de « magasin ». Dans l’ancien empire arabe, il désignait le coffre où les émirs gardaient les impôts destinés au calife de Baghdad. Le mot devint plus tard synonyme de « trésor ». La maison (« dar ») du Makhzen, là où était entreposé le trésor, était assimilée au pouvoir central et servait à qualifier notamment l’armée et la bureaucratie. (Encyclopédie de l’Islam).


La notion de makhzen est liée étroitement à l’histoire et aux fondations de la nation marocaine. C’est au Maroc que cette notion a traversé les époques et a pris toute sa signification, avec, entre autres, l’organisation administrative installée par les Saâdiens au XVIe siècle. Ils établirent partout des «makhzen», des magasins de stockage de céréales pour assurer le ravitaillement des populations en période de sécheresse ou de disette.


Examinons la fixation obsessionnelle de la propagande algérienne sur la notion de «makhzen» dans un but supposé de dépréciation et de dénigrement. Vain, car ce vocable est entouré d’égards par les Marocains qui y sont même très attachés. Si les vieillards séniles qui gouvernent l’Algérie cherchaient à connaître l’idée que se font les Marocains du makhzen, ils n’auraient aucune difficulté à connaître l’une des expressions les plus en vogue chez le peuple marocain: «Allah y3zz al makhzen». Cette expression qui peut être traduite par «Dieu glorifie le makhzen» est souvent utilisée dans le cas d’interventions pour rétablir l’ordre et lutter contre les différentes formes de petite ou grande criminalité.


Pour les «officiels» algériens et leurs médias, l’inclination première est de dire «makhzen» et non Maroc. Une dichotomie factice qui n’a aucun sens pour le peuple marocain. Le makhzen serait pour la junte militaire le responsable de l’incurie de l’Algérie. Ils radotent ce terme des dizaines de fois par jour sans réaliser leur incohérence.


Au niveau internationales, cet usage du mot «makhzen» est exclusif au régime algérien. On ne le retrouve dans aucun autre pays. Son appropriation par la junte est inconséquente et même troublante.


Enfin, cet emploi, même manipulé, extrême et inconséquent, du mot «makhzen» par le pouvoir algérien atteste et ne fait qu’exprimer un ressenti prégnant même s'il est «enfoui»: la «composante marocaine» est un affluent qui nourrit et enrichit l’âme algérienne. Un très grand nombre de Marocains et d’Algériens l’ont toujours pensé. Et c’est tout à notre honneur.

35 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1件のコメント


不明なメンバー
5月21日

Bon article 👍

いいね!
bottom of page