Rabat
top of page

LA ZAOUIA TIJANIYYA

La zaouia des Tidjania, confrérie fondée par Sidi Ahmad Abou Abbis Tidjani au XVIIIe siècle, exerça son pouvoir religieux sur les nomades du Sahara et aussi, en bonne partie, sur la péninsule arabique, l’Egypte, la Tunisie, le Maroc et s’étendit jusqu’en Afrique noire.


Fès, berceau de la Tariqa Tijaniyya, accueille depuis toujours les pèlerins tijanes et c’est dans la capitale spirituelle du royaume chérifien que les adeptes de cette confrérie sont, pour la plupart, initiés pour la première fois.


Sidi Ahmed Tijani est d'une origine chérifienne (c'est à dire qu’il descend du prophète), tout en soulignant que le troisième grand-père du fondateur de la Tariqa Tijaniyya avait quitté le Maroc pour un village de l'ouest de l'Algérie (Aïn Madhi), avant de revenir dans le Royaume.


Les adeptes de la Tariqa Tijaniyya affirment que cette confrérie soufie, la plus importante d’Afrique de l’Ouest, avait ses racines au Maroc et se rendent régulièrement en pèlerinage dans le Royaume. 


Appropriation de l'Algérie


Après avoir tenté de s’accaparer tout ce qui est marocain tels le couscous, Ibn Batouta, le caftan et autres, le voisin de l'Est et ses soutiens se tournent maintenant vers la spiritualité pour arguer que la tarîqa tijania est d’origine algérienne.


Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du mardi 26 octobre 2021, que l’Algérie cherche à provoquer une guerre religieuse avec le Maroc en tentant de faire adhérer ces communautés à sa thèse, mais en vain. C’est ce qui a poussé le président Algérien Abdelmajid Tebboune à parrainer un forum de la zaouïa tijania dans la mosquée de sidi Abdeljabbar à Ain Madhi. Les ministres et autres hauts responsables de la junte militaire ont prétendu que l’Algérie abrite le califat général de la tarîqa tijania et que la zaouïa qui existe au Maroc n’en représente qu’une branche parmi d’autres. Le quotidien Assabah rapporte que les dirigeants algériens ont toujours échoué à dresser, les uns contre les autres, les adeptes de cette zaouïa ainsi que d’autres confréries religieuses.


Dans les années 80, ils ont cherché à organiser un séminaire de cette confrérie mais le ministre des affaires islamiques marocain de l’époque, feu Abdelkebir Alaoui, avait réussi à convaincre les chioukhs africains de la tarîqa tijania de le boycotter. En 1986, la ville de Fès avait abrité un grand forum de cette confrérie au cours duquel les participants avaient soutenu la marocanité du Sahara. Il fut suivi en 2007 par un autre séminaire organisé dans la même ville et qui a été marqué par une forte participation des adeptes africains de cette confrérie.


Mais c’est en 2014 que le Maroc à organisé un forum international de cette confrérie soufie auquel ont participé plus de 1000 disciples venant de 47 pays du monde. L’Algérie qui avait boycotté cette rencontre a essayé de convaincre des centaines de dévots africains de ne pas se rendre au Maroc. Même si la zaouïa tijania du Maroc accueille, chaque année, des milliers d’adeptes en provenance de nombreux pays l’Algérie a toujours essayé de s’opposer au rôle prééminent du royaume dans le domaine religieux mais ses plans ont toujours échoué.


Liens utiles :



7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page