Rabat
top of page

KHNATA BENT BAKKAR

C’est la première ambassadrice marocaine de l’histoire. Offerte au sultan Moulay Ismaïl, elle devient son épouse et joue un rôle important dans la politique du Royaume.


Bien qu’elle eut tous les attributs pour, Khnata Bent Bakkar (خناتة بنت بكار) ne fut jamais reine. C’est la tradition marocaine qui le lui interdit. Mais elle va quand même régner dans l’ombre. Qui est vraiment donc cette femme ? Les historiens n’ont visiblement pas pu connaître la date de sa naissance, mais une chose est sûre. Lalla Khnata est originaire de la tribu des Mgharfa (au Sahara marocain), est morte en 1754, et fut sultane douairière du Maroc de 1729 à 1754, et mère du sultan Abdallah II (né en 1694 à Meknès et mort en novembre 1757 à Fès) dont elle assura la régence pendant la période ayant suivi la disparition du sultan Moulay Ismail en 1727.


Qui l’aurait cru ? D’une femme offerte par son père (le grand chef Bakkar Ben Ali), à l’épouse sultan Moulay Ismaïl (1672-1727), un des sultans les plus célèbres de la dynastie alaouite, Lalla Khnata a su s’imposer, malgré tout, autant que figure féminine emblématique du Maroc. Ainsi, l’héroïne de notre histoire épouse le Sultan Moulay Ismail en 1678, elle devient peu de temps après ministre, après avoir occupé plusieurs postes d’influence. Elle n’est pas simplement la génitrice de futurs prétendants au trône, c’est aussi une conseillère politique avisée pour son époux. A la mort de ce dernier, elle le seconde lors d'épisodes politiques difficiles.


A la disparition dudit Sultan, Lalla Khnata gouverne son pays dans l'ombre de son jeune fils pendant presque vingt-cinq ans. Elle accentue son emprise politique en parvenant à hisser son fils Moulay Abdellah en 1729. "Après le décès de ce dernier, et compte tenu de l’accession de son fils en bas âge au trône, elle a dirigé le Maroc pendant 16 ans en tant que régente. Durant sa carrière de 66 ans, elle a géré avec succès de nombreuses crises qui auraient pu coûter au pays son intégrité politique et territoriale", souligne dans son libre "Femmes politiques au Maroc d’hier à aujourd’hui", l’historienne Osire Glacier.


Ainsi, dans un pays en proie au chaos et l’instabilité politique, Lalla Khnata, n’hésite plus à se mettre davantage en évidence. Elle se retrousse les manches et fait ce qu’elle maîtrise le mieux: régir. L’année qui suit, lors d’une mission diplomatique stratégique à Tripoli (actuelle Libye), cette dernière prend la tête de la délégation chérifienne. Elle devient donc la première ambassadrice connue de l’histoire du Maroc et laisse à tout jamais son empreinte dans l’histoire du pays.




4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page