Rabat
top of page

LE COMITE D'AL QODS


L'idée de créer un comité spécial pour Al Qods est née en 1975 par SM Hassan II à Djeddah, lors d'une Conférence Islamique des ministres des Affaires étrangères.


Aujourd'hui, le maintien de la question d’Al-Qods sur le devant de la scène internationale trouve, pour beaucoup, son fondement dans l’implication directe et active de SM le Roi Mohammed VI pour la défense de la cause première des Musulmans.


Fer de lance de l’OCI sur un dossier aussi sensible dans tout règlement du conflit israélo-palestinien, le comité Al-Qods que préside le Souverain demeure la seule institution à opérer sur le terrain par l’entremise de son bras financier, l’Agence Bayt Mal Al-Qods acharif.


Objectifs


L’Agence a pour objectifs de:


  • porter secours à la ville d’Al-Qods Al-Sharif

  • soutenir les populations et institutions palestiniennes de la ville sainte

  • protéger la sainte Mosquée d’Al-Aqsa et les autres lieux saints de la ville, et sauvegarder et restaurer son patrimoine civilisationnel, religieux, culturel et architectural.


La Taxe Palestine


Le Maroc prélève aussi une taxe sur chaque paquet de cigarettes vendu, appelée "Taxe Palestine", qui rapporte chaque année quelque 70 millions de dirhams, une manne dont toutefois seulement une infime partie profite à la Palestine. En 2018, par exemple, le Fonds de soutien du Maroc au peuple palestinien, qui affichait un solde de 80 millions de dirhams, a permis de financier Bayt Mal Al-Qods à hauteur de 8 millions de dirhams et de couvrir les frais de fonctionnement de l'ambassade palestinienne au Maroc (quelque 6,2 millions de dirhams), tandis qu'une somme de quelque 50 millions de dirhams issue de la «< Taxe Palestine » a été versée... au Congo Brazzaville, au Rwanda, à la Jordanie ou encore à la Guinée Bissau.


Il n'en reste pas moins que c'est le Maroc qui chapeaute et qui finance tous les projets destinés à Jérusalem », s'enorgueillit une source proche de Bayt Mal Al Qods. En effet, bien qu'il s'apparente à une coquille vide dont les recommandations restent lettre morte, le Comité Al-Qods continue de servir de véhicule pour des projets à Jérusalem.



Parmi les projets réalisés par le Maroc à Al Qods : la restauration d'une zaouia marocaine située à proximité du Mur des lamentations. Cette bâtisse est ce qui subsiste du Quartier des Marocains [détruit en 1967], où vivent seize famille d'origine maghrébine dans des conditions d'habitat très difficiles », indique un rapport de l'Agence Bayt Mal Qods, précisant que le but étant de permettre aux familles qui habitent la zaouia marocaine dans l'ancienne médina puissent vivre dignement après la restauration de leurs maisons et préserver la zaouia qui remonte à l'époque de Salaheddine Al Ayoubi. En vingt ans, le royaume a restauré sept mosquées également.


Le Maroc a financé aussi l'acquisition, pour cinq millions de dollars, de la Maison du Maroc, un centre culturel de trois étages qui s'étend sur 1 800 mètres carrés. La bâtisse, nichée à deux encablures de la mosquée Al Aqsa, comporte des locaux commerciaux et des appartements. L'Agence, après l'avoir restaurée, l'a transformée en « Centre culturel marocain », qui abrite notamment aujourd'hui un musée des arts marocains, une bibliothèque, un café littéraire, un salon marocain... Pour l'aménager, le royaume a déboursé 2 millions de dollars.


Inauguration de la Faculté Hassan II d'agronomie de Gaza en 2015



Faculuté d'agronomie de Gaza, détruite en 2009 par l'armée Israëlienne et reconstruite par SM Mohamed VI et inauguré en 2015 sous le nom de Faculté Hassan II pour un coût total de 6 millions de dollars.




Parallèlement, de 2000 à 2018, un peu plus de 11 millions de dollars ont été dépensés dans des projets liés au domaine de l'éducation. Une dizaine d'écoles ont ainsi été financées ou construites intégralement, dont école baptisée << Hassan II >> et un lycée << Al Massira » pour filles dans le quartier de Chaafat. Mohammed VI a aussi financé, sur ses propres derniers, la reconstruction, pour six millions de dollars, de la Faculté d'agronomie de Gaza, détruite en 2009 par l'occupant Israélien. Inauguré en 2015, en présence du ministre des Habous et des Affaires islamiques Ahmed Toufiq, l'établissement porte aussi le nom de Hassan II.


Par ailleurs, indique le document, 26,5 millions de dollars, soit la moitié du budget, ont été dépensés dans des projets sociaux, culturels et sportifs et 5 millions dans le secteur de la santé.


Les membres du Comité sont élus par la CONSEIL DES MINISTRES des Affaires Etrangères pour une durée de trois (3) ans renouvelable.


Les membres actuels sont :


  • Royaume du Maroc,

  • Royaume d'Arabie Saoudite,

  • Royaume Hachémite de Jordanie,

  • République d'Irak,

  • République Arabe Syrienne,

  • Etat de Palestine,

  • République du Liban,

  • République Islamique de Mauritanie,

  • République Arabe d'Egypte,

  • République Islamique du Pakistan,

  • République Islamique d'Iran,

  • République d'Indonésie,

  • République du Sénégal,

  • République du Niger,

  • République de Guinée.


PRESIDENCE : Le comité est présidé par Sa Majesté le Roi du Maroc.

SIEGE : Le siége est fixé à Rabat, Royaume du Maroc.

ADRESSE : Sécrétariat Général de l'Organisation de la Conférence Islamique BP. 178 Jeddah 21411 Royaume d'Arabie Saoudite.


Une Agence a été crée au sein de ce comité sous le nom de 'Agence Bayt Mal Al-Quds Sharif'. Dont l'adresse électronique est la suivante : e-mail : alqud@onpt.net.ma et l'adresse website : www.bma-alquds.org.



Posts récents

Voir tout

ความคิดเห็น


bottom of page