Rabat
top of page

LE JUDAISME AU MAROC


La normalisation récente des relations avec Israël a également des racines historiques, culturelles, religieuses et même personnelles profondes.  Un lien particulier unit les deux pays, qui repose en partie sur la communauté juive marocaine avec laquelle le Maroc n’a jamais rompu.


La Constitution de 2011 consacre même dans son préambule la richesse et la diversité des composantes spirituelles et culturelles (dont l’hébreu) qui forgent l’identité des Marocains. Le document stipule que, comme :


“Etat musulman souverain, attaché a son unité nationale et a son intégrité territoriale, le Royaume du Maroc entend préserver, dans sa plénitude et sa diversité, son identité nationale une et indivisible. Son unité, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen. La prééminence accordée a la religion musulmane dans ce référentiel national va de pair avec 1’attachement du peuple marocain aux valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et de dialogue pour la compréhension mutuelle entre toutes les cultures et les civilisations du monde. “


Le judaïsme et les juifs sont presque aussi vieux que le Maroc lui-même. En effet, leur premier afflux remonte probablement aux alentours de 70 après J.-C., après la destruction de Jérusalem par les Romains.  Les Juifs ont vécu sans interruption au Maroc jusqu’à leur migration massive vers Israël, à la suite de la création de l'État d'Israël en 1948. Ils habitaient dans tout le pays, dans les villages, les villes et les cités, et vivaient principalement du commerce, des échanges et des finances. En raison de leur grande expérience dans le commerce international, les sultans marocains les ont nommés comme leurs agents financiers et commerciaux : tujjar as-soultan


Un bon exemple de la coexistence interconfessionnelle au Maroc peut être observé dans la ville de Sefrou, située à 30 kilomètres au sud de Fès. À Sefrou, musulmans et juifs vivaient en harmonie, au point de vénérer le même « saint » enterré dans une grotte d’une montagne voisine. Le site a été appelé avec tact « Kaf al-moumen » (grotte des fidèles) parce que c’était un sanctuaire religieux à la fois pour les musulmans et les juifs, et que les temps de culte étaient également répartis.


L’exemple de Sefrou, connue sous le nom de Petite Jérusalem en raison de son importante population juive dans la première partie du siècle dernier, n’est pas unique au Maroc ; on la trouve dans d’autres endroits comme Debdou, Azrou, Fès, Rabat, Meknès, Marrakech, Essaouira et plus encore. Dans tous ces endroits vivaient de grandes communautés de Juifs qui pratiquaient leur foi et leurs métiers en toute paix et harmonie. Ils étaient des Marocains à part entière et, à ce titre, jouissaient de tous les droits et obligations de leurs concitoyens musulmans.


Pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque la France occupée par les nazis a voulu persécuter les Juifs du Maroc, le feu roi Mohammed V a résisté à l’ordre. Il a appelé à la persécution de tous les Marocains, si cela devait se produire, au motif qu’ils ne sont pas différents de ses autres sujets dont il était responsable de la sécurité en tant amîr al-mou’minîn, “Commandeur des Croyants“ .


Suivant les traces de son père, Feu SM le Roi Hassan 2 a traité les Juifs marocains avec une grande déférence. Il a nommé l’un d’eux, André Azoulay, conseiller royal et a joué un rôle déterminant dans le rapprochement de l’Égypte avec Israël en 1977 sous Anouar Sadate, puis dans les contacts politiques entre Palestiniens et Israéliens qui ont abouti aux accords d’Oslo en 1993. 


Aujourd'hui, SM le Roi Mohammed 6 n’est pas différent de ses prédécesseurs. C’est un homme de dialogue et de coexistence. De ce fait, le Maroc est aujourd’hui un havre de paix et de coexistence entre toutes les religions et cultures et aussi une terre d’accueil pour immigrés africains et arabes qui fuient les problèmes économiques et les guerres civiles de leurs pays.


Le Maroc est aujourd’hui le pays arabe le plus fier de son héritage juif et, d’une manière générale, les Marocains regrettent ouvertement le départ des Juifs durant la période 1948-1973. Ceci a été illustré de façon remarquable dans un documentaire intitulé : Tinghir-Jérusalem, les échos du Mellah, réalisé par Kamal Hachkar et diffusé dans le monde entier. Officiellement, depuis l’époque de feu le roi Hassan II, tous les Juifs marocains qui sont partis possèdent toujours la nationalité marocaine et peuvent revenir au pays quand ils le souhaitent.


Plus récemment, le gouvernement marocain, à l’initiative de SM le Roi Mohammed 6, a lancé en 2010 un programme de réhabilitation des cimetières, synagogues et autres monuments juifs. Ainsi, 167 sites ont été réhabilités dans 14 régions, et un livre intitulé « Réhabilitation des Cimetières Juifs du Maroc « Les Maisons de la Vie «  » a été présenté au grand public en février 2015 à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris, dans le cadre de l’exposition-événement « Maroc contemporain » :


“Cet ouvrage repère et répertorie les 167 sites funéraires juifs réhabilités aux quatre coins du Royaume du Maroc. Cette entreprise de réhabilitation répond à une démarche exceptionnelle lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2010.


Véritables archives à ciel ouvert, témoins de l’enracinement millénaire des juifs du Maroc, porteurs de la mémoire vivace du pays, ces 167 sites funéraires sont le reflet d’une longue histoire que le Maroc de SM le Roi Mohammed 6 a décidé de restaurer et d’intégrer à son patrimoine, en respect au Préambule de la nouvelle Constitution marocaine.


Aujourd’hui, le Maroc est le seul pays du monde arabe à posséder un musée exclusivement consacré aux traditions et à la culture matérielle des Juifs, qui ont habité le pays pendant plus de deux millénaires. Certains y vivent encore aujourd’hui, dans la paix, la dignité et le respect, bien que leur population soit passée de 250 000 en 1947 à environ 5 000 aujourd’hui. La communauté juive marocaine se trouve aujourd’hui principalement à Casablanca, et est connue pour être à la fois très active dans le développement économique du pays et très patriotique.



Dahir du Sultan Moulay Hassan au profit des Juifs de Fès. Il les informe qu'il a pris connaissance d'actes perpétrés contre les habitants du Mellah. Il les assure que cela ne se répètera plus et que cela ne doit pas porter atteinte à la concorde bien connue entre les juifs et les musulmans de Fès.


Date 4 Du Al Qiaada 1299 - 16/09/1882










La communauté de près d’un million d’Israéliens d’origine marocaine reste, pour sa part, attachée à sa patrie historique et ne la cache pas. Certains occupent des postes de haut niveau dans l’administration israélienne : pas moins de dix ministres du gouvernement de Benyamin Netanyahu, installé en mai dernier, sont au moins partiellement d’origine marocaine. Depuis vingt ans, c’est principalement par le biais d' »échanges culturels » avec cette communauté que les relations entre le Maroc et Israël se poursuivent.


Ouvrages :


35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page